Faahotu

French (Fr)English (United Kingdom)
Biodiversité, Biomolécules d'intérêt et Biotechnologies

bio0 bio1 bio2 bio3

Une appellation d’origine pour le monoï de Tahiti

Le monoï, locomotive de l'industrie cosmétique polynésienne, a ouvert la voie il y a une cinquantaine d'années, sous l'impulsion de quelques pionniers.

Résultant de la macération de fleurs de tiaré dan l’huile de coprah, le monoï est un produit élaboré, tirant parti d’une ressource spécifique de la Polynésie. La filière est structurée par l’existence d’un groupement interprofessionnel, et confortée par l’obtention d’une appellation d’origine «  monoï de Tahiti » depuis 1992.

C’est le produit auquel est rattachée le plus spécifiquement l’image du « paradis polynésien ».

Pour plus d'informations : site de l'institut du monoï

 

Une filière cosmétique à forte profitabilité

Les entreprises de cosmétiques ont su exploiter les traditions ancestrales des polynésiens, qui ont de tous temps utilisé les produits naturels dans leur pharmacopée traditionnelle.

On dénombre une dizaine de PME dans le secteur de la cosmétique. Le chiffre d’affaires du secteur est d’environ 15 millions d’euros(1).

Voir aussi le projet CIGUATRAIT

 

Un secteur en émergence : les biotechnologies

En matière de biotechnologies, une start-up est présente sur le territoire depuis 2006. Elle a pour objectif de produire à l’échelle industrielle des molécules innovantes par fermentation microbienne, à partir de souches provenant de l’ensemble de la Polynésie. Cette start-up a été créée suite à des collaborations de R&D entre l’Ifremer (centre de Brest) et un laboratoire d’analyses polynésien : le Cairap.

Voir aussi le projet ProPHA

(1) Source : analyse méso-économique et financière Filière Cosmétique – Avril 2009 - DME